The Hemophiliac Rider

Lyon - The Hemophiliac Rider

Vous êtes fan de freeride, de freestyle ? Vous adorez dévaler les bikes parks de votre région ? Pour vous, freiner c’est tricher ? Ou peut-être préférez-vous enchainer les kilomètres de D+ ? Je préfère vous prévenir tout de suite, ce blog risque de vous décevoir…

Comme vous pouvez vous en douter, je ne suis pas un descendeur tête brulée. Je ne suis pas non plus un grand technicien… Je suis même un très mauvais technicien ! Ne me demandez pas de vous faire un bunny up ni même un manual.

Vous vous dites « Bon ok ! Le mec n’est pas très adroit avec sa monture mais il doit compenser avec de sacrées jambes et enchaîner les bornes… ». Malheureusement ce n’est pas non plus le cas.

Mais alors, qui est The Hemophiliac Rider ?

Je me prénomme Loïc, j’ai 29 ans et habite à Lyon. Jusque-là rien d’extraordinaire me direz-vous.

Ma particularité est que je suis Hémophile A sévère. Pour ceux qui ne connaissent pas l’hémophilie, il s’agit d’une maladie génétique qui se traduit par des troubles de la coagulation. Les plus curieux d’entre vous pourrons en découvrir plus sur cette pathologie en consultant cet article.

Rassurez-vous, je résume pour les plus pressés ! Les hémophiles mettent plus de temps à coaguler. C’est bien évidement embêtant lorsque l’on se coupe, que l’on s’écorche ou que l’on se cogne et qu’un très bel hématome se forme. Mais ce que les gens imaginent parfois plus difficilement, ce sont les hémorragies internes.

Lorsque l’on parle d’hémorragies internes, on pense tout de suite aux gros accidents comme un choc sur la tête ou une chute avec un retour du cintre dans l’abdomen. Bien évidement cela peut arriver. Mais la très grande majorités des hémorragies internes sont liées à mes micro-saignements au niveau des articulations. Ces micro-saignements finissent par générer un épanchement de sang dans l’articulation qui devient alors en quelques heures extrêmement douloureuse (on se rapproche de la douleur d’une grosse entorse) et ne peut plus être bougée.

Le sport c’est mort !

Avec mon degré de sévérité, je suis très facilement sujet à ces hémorragies. Alors, les sports de contact (rugby, karaté, foot, etc.) on oublie tout de suite !

On oublie également les sports demandant des appuis importants (tennis, escalade, etc.) qui sollicitent trop les chevilles et les coudes. J’ai donc enchaîné durant mon enfance les sports plus doux comme la natation, le tir à l’arc ou encore le tennis de table.

A mon entrée au lycée, j’ai complètement arrêté le sport. Entre 2002 et 2016, mes seules activités sportives se sont résumées à 2 ou 3 parties de ping-pong dans le jardin durant l’été.

La reprise c’est difficile !

Avec un traitement composé de deux injections de coagulants par semaine, les hémorragies se font plus rares. Cependant, en 2016, mon capital santé était bien altéré.

Après 14 ans sans activité sportive, vous pouvez imaginer les dégâts :

  • Un cardio réduit à néant
  • Un léger surpoids
  • Une souplesse dont même un manche à balai ne voudrait pas
  • Les chevilles abimées par 28 ans d’hémorragies qui ressemblent à celles d’une personne de 70 ans

Alors l’année passée, à l’approche de mes 30 ans, j’ai souhaité reprendre les choses en main.

Ce déclic, je l’ai eu grâce à mon petit frère ! Il s’est acheté un VTT (un Orbea MX de 2015) qui me faisait de l’oeil. J’avais très envie de me mettre au vélo.

En mai 2016 j’ai donc franchi le cap. Oui, j’ai craqué !!! Mais que le lecteur qui n’a pas craqué me jette la première pierre… Pas de cailloux en vue, c’est bien ce qui me semblait 🙂

J’ai commandé sur ProBikeShop un Kross Level A3. J’ai été le chercher au point relais. Et j’ai galéré 20 minutes sur le parking pour faire rentrer ce GRAND carton dans ma PETITE voiture !

Une fois le carton dans l’appartement et après quelques vidéos, le vélo est enfin monté.

Kross LEVEL A3
Kross LEVEL A3

Il est temps d’aller rouler… Une première sortie de 9km. Ouch, c’est difficile !!! Mais c’est agréable lorsque l’on rentre. Puis une 2ème sortie… 12km, c’est mieux. Puis une troisième, une quatrième…

Moi qui avait peur d’abandonner mon VTT au fond de la cave au bout de deux semaines, je me retrouve à adorer ce sport. Et c’est une grande fierté pour moi. En neuf mois, mon Kross a parcouru 1200km, entre les trajets pour aller au travail et les sorties sur les quais du Rhône, la Tête d’Or et le parc de la Feyssine.

En 2016, j’ai participé à la Rando Découverte de la Lyon Free Bike. Ma première participation à un évènement cycliste, et avec mon petit frère en plus… Un très bon souvenir !

Accompagné d’un rééquilibrage alimentaire, le VTT m’a permis de retrouver la ligne puisqu’en quelques mois j’ai réussi à perdre 12kg.

En 2017 je me lance un nouveau défi que je vous laisse découvrir ici.

Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire ma (petite) présentation et espère vous croiser prochainement sur ce blog, sur Instagram ou sur nos montures.

Comments

  1. Vincent S.

    Je disais justement à Manon à quel point j’étais fier de vous (Solenn et toi). Une belle motivation qui va sûrement jouer sur votre moral !!! Continuez comme ça, je suivrai tes/vos aventures. Bisous.

    1. Post
      Author
  2. Pingback: Mon défi 2017 : Participer à la RANDO ROC ODYSSEE du Roc d’Azur – The Hemophiliac Rider

    1. Post
      Author
  3. Pingback: Concours pour le lancement du blog – The Hemophiliac Rider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *